Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Association Bretonne

pour

la Pêche à la Mouche
abpm_logo_noir.jpg

L'Hyères

par Vincent Lefebvre

Cliquez ici pour télécharger une carte de l'Hyères (Taille:888.68 Kb)

hyeresC’est une rivière que beaucoup de bretons connaissent. Ils la longent pendant plusieurs dizaines de kilomètres quand ils vont de Callac (capital des épagneuls) à Carhaix (capitale musicale). Les pêcheurs ont peut-être un œil plus attentif à ces successions de plats et de courants… Mais il faut conduire et mettre la rêverie au placard.

 

L’Hyères n’est pas le type de cours d’eau qui enchante de prime abord. Trop près de la route. On la pense surpêchée, un peu lente et très souvent canalisée pour des anciens moulins. On la suspecte d’être peu poissonneuse ou de n’être habitée que par des poissons blancs. Des blancs, certes il y en a, mais leur densité décroît d’aval en amont pour disparaître complètement au-dessus de la fabrique d’aliments (Minoterie de L’Hyères), reconnaissable de loin dans cette verte vallée.
Quand on s’approche un peu plus près, avec l’intention de passer un couple d’heures, sur le conseil d’un proche, l’impression n’est pas forcément enthousiasmante. Les berges sont hautes, les grands lisses nombreux et certains parcours aval très envasés. Mais on est là, alors on s’attarde, on regarde la surface…et puis ploc, un gobage, là, à 4 ou 5 m. Alors forcément le stimulus agit et le prédateur qui sommeille en nous allonge les 4 ou 5 mètres de soie nécessaires, en faisant attention aux obstacles, car il y en a, et, bingo, le poisson est monté au premier passage…(Faut pas rêver, c’est juste pour illustrer l’article, car ça ne monte pas forcément au premier coup). La belle se bagarre un peu sur mon 12/100 et puis vient gentiment dans la main. C’est un beau poisson de l’Hyères dans les 25 cm, je le restitue à son élément. Je l’ai attrapé avec une petite mouche que j’adore. Une mouche facile à faire, solide, très pêchante sur les rivières bretonnes et flottant bas ou haut sur l’eau en fonction du graissage et de la quantité de poils sélectionnés lors du montage. C’est mon école, du simple et du costaud !. Au fait la mouche ! Ah oui, un petit sedge en poils de chevreuil sur un corps tout simple en fil marron foncé ou en dubbing (marron, roux ou lièvre). Je la monte en tailles 16 ou 14. Une merveille ! Avec un peu de graisse elle flotte haute sur l’eau, utile dans les courants. Avec un peu de salive, elle flotte juste dans la pellicule. La mouche idéale pour pêcher sous les saules qui occupent parfois la moitié du cours d’eau et où se cachent les plus beaux spécimens.


hyeres2Ne nous attardons pas trop sur la couture et mettons ça de côté pour l’hiver. Cette belle fario vous a mis l’eau à la bouche, alors vous continuez votre ballade les pieds dans l’eau, mais cette fois vous êtes un peu plus concentré. Pendant plus d’une heure, rien, presque pas de gobages, excepté sur les grands lisses, mais, là, attention aux vagues. Excellent pour les pêcheurs calmes et, à déconseiller aux marathoniens des cours d’eau. Le moindre déplacement et c’est cent mètres de vaguelettes qui vous gâchent le coup. Alors vous avancez tout doucement, tel un héron famélique, sur la pointe des pieds pour tenter d’approcher, au plus près, du rare poisson en activité. Au troisième passage, le poisson est définitivement calé… calme plat dans mon champ de vision ? C’est l’occasion de remarquer des traces dans le sable humide, cinq doigts avec une petite trace de griffes, une empreinte ronde de 6 à 7 cm. Aucun doute, c’est bien une loutre. Vraiment surprenant ce cours d’eau.
Ah ! enfin un petit courant. A peine descendu dans l’eau, un gobage et puis un autre et puis un autre…pas la peine de s’énerver. Observons le courant. Là, devant moi, il y a cinq beaux poissons en pleine activité. «Ne fais pas le mariole, pêche court me disait mon mentor et garde ces lancers là pour les salons». J’attaque le premier poisson et au premier passage c’est la montée mais le ferrage est trop rapide ou pas assez ou bien c’est le poisson qui a mal pris ou enfin il n’est pas au bout…Dans ce petit courant d’à peine cinquante mètres de long, je prendrais cinq poissons. C’est un peu ça l’Hyères en amont de l’usine… De longs parcours sans grande activité sauf au coup du soir et soudain des concentrations de poissons. En trois coups du soir consécutifs, sur ce parcours, 53 poissons ont pris la mouche. Près de la moitié mesuraient de 25 à 30 cm. Aucune rivière en Bretagne ne m’avait apporté autant de plaisir. Ma passion pour cette rivière date de ces trois soirs.

Les parcours:
Les meilleurs secteurs pour la fario se situent entre Callac et le lieu-dit Kergemarec, sans négliger les deux affluents de la rive gauche, le ruisseau de Duault et le ruisseau de Locarn. Certains secteurs sont très encombrés par la végétation. Ce sont souvent les meilleurs. Dans les prairies, les grands méandres de l’Hyères sont protégés par les saules. Les belles truites y trouvent aussi protection et nourriture. La pêche y est difficile et une petite canne est très utile

4 tronçons : 12 km
Tronçon 1: A 1,5 km Callac en direction de Carhaix, garez vous au pont qui enjambe l’Hyères. Le parcours amont fait environ 1 km et la largeur du lit est de 3 à 4 m. La rivière est assez encombrée et les lancers parfois techniques. S’il n’ y a pas de gobages, il faut surtout pêcher les postes. N’hésitez pas à passer sous les arbres. Vous n’êtes pas à une mouche près. Le parcours aval, bordé exclusivement de prairies, fait plusieurs kilomètres. Attention, l’Hyères se sépare en deux bras.


hyeres1Ce tronçon est meilleur au coup du soir.
Tronçon 2 : à 5,7 km de Callac (toujours en direction de Carhaix), lieu-dit N.D de Pénity, ou le carrefour Duault - Carnoët
L’amont de la pisciculture n’est pas très intéressant, il y a notamment un très long bief parallèle à la voie de chemin de fer.
A l’aval immédiat de la pisciculture, il y a toujours des gobages. Il faut sortir vos petites mouches, mesdames les farios sont attablées sur les diptères. En descendant encore plus bas, le parcours est varié et on alterne entre des secteurs très éclairés dans les prairies et des secteurs ombragés. La rivière est assez sablonneuse et vaut le détour à la période de la mouche de mai.
Tronçon 3 : à 7,2 km de Callac – le Pont de Kerdaguet
En amont vous avez un très joli secteur alternant prairies et zones ombragées, le facile et le difficile. Il y a de très belles sous berges. N’hésitez pas à faire passer votre mouche le long de ces dernières.
En aval vous disposez d’un joli parcours mouche créé par l’AAPPMA de Callac (no-kill, hameçon sans ardillon et wading à partir du 15 avril). Juste un petit regret, qui n’enlève rien à cette belle initiative : si certains secteurs de l’Hyères nécessitent l’enlèvement d’embâcles, notamment pour favoriser le désenvasement, le nettoyage réalisé sur le parcours mouche a supprimé de trop nombreuses caches. On oublie trop souvent que l’écosystème de nos rivières tire une grande partie de son énergie du bois mort. Ce dernier sert de nourriture à de nombreux invertébrés aquatiques, base de l’alimentation de nos tendres farios et sert également de cache aux plus beaux poissons. Un certain nombre d’études américaines montrent l’importance du bois mort. Cette remarque n’est pas spécifique à l’Hyères. On confond encore trop gestion piscicole et gestion des pêcheurs et nos rivières bretonnes avec celles du sud de l’Angleterre. Je me souviens notamment d’un arbre mort entièrement couché dans le lit et contre lequel trois ou quatre farios gobaient goulûment lors de certains coups du soir. Par bonheur, dans deux ou trois ans, saules et aulnes reprendront leurs droits.
Tronçon 4 : à 9 km de Callac - Le Pont Lochrist
Le secteur amont, jusqu'à la minoterie de l’Hyères est bon mais un peu trop fréquenté à mon goût. La pêche n’est-elle pas un plaisir solitaire ?
Le secteur aval est assez difficile mais réserve de très belles surprises. Il faut très souvent pêcher en roulé, le dos aux obstacles. Dès le ferrage il faut brider la bête avant quelle ne fasse faire deux ou trois tours à votre beau et fin bas de ligne. C’est mon parcours préféré…Enfin les jours ou je suis Zen.
Mes mouches préférées sur l’Hyères : outre les sedges en poils de chevreuil, j’utilise des oreilles de lièvres (en trois tailles N°18, 16, 14) quand les truites sont sur des émergentes. Les petits culs de canard en corps rouge et olive avec un léger thorax en dubbing de lièvre sont très appréciés au coup du soir quand des nuages de petits éphémères tombent sur la rivière et que l’Hyères a décidé de vous révéler son potentiel.

Dernière modification du site

  • Dernière mise à jour: dimanche 19 novembre 2017, 10:17:04.

Recherche sur le site

La page facebook

LPFB

Facebook

Top