Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Association Bretonne

pour

la Pêche à la Mouche
abpm_logo_noir.jpg

La Penzé

PenzeLa Penzé
par Louis Coat

Cliquez ici pour télécharger une carte de la Penzé (Taille:910.32 Kb)

C’est sans doute, actuellement, l’un des cours d’eau de Bretagne les plus intéressants pour le pêcheur de truites et l’un de ceux où la taille moyenne des poissons est la plus élevée, en dépit d’une « gestion » déplorable et de la persistance de pollutions (entre autres de piscicultures).

 

Dans ce petit cours d’eau, on trouve une bonne densité de truites dans la gamme 28 – 30 cm, avec quelques spécimens nettement plus grands pouvant atteindre 50 cm, surtout dans les parties basses et moyennes, du côté de Saint-Thégonnec.
L’un de nos adhérents, excellent moucheur, nous signale que, ces dernières années, lors des coups du soir de juin-juillet, 50 % de ses captures dépassaient les 30 cm, 20 % faisaient plus de 34 cm et 10 % plus de 36 cm. On peut effectivement réaliser, dans la Penzé, de splendides coups du soir estivaux, avec la possibilité d’un poisson autour d’un kilogramme, ce qui n’est pas fréquent, actuellement, sur les parcours publics bretons.
Cela étant, la Penzé est un cours d’eau particulièrement capricieux. On y observe d’assez longues périodes où le poisson reste inactif – et où la rivière paraît pratiquement vide. Certaine soirées estivales, les truites semblent absentes.
En 2002 – 2003, la partie haute du cours d’eau, à l’amont de Saint-Thégonnec a été très correctement entretenue sur sept kilomètres, par une petite équipe de bénévoles, permettant ainsi aux moucheurs d’exercer leur talent.
Cet automne, un intelligent programme d’entretien est en cours sur la partie basse, entre Penzé et le pont de Penzé, entretien qui se poursuivra sur tout le cours inférieur de la rivière – ouvrant ainsi d’intéressantes opportunités aux pêcheurs de saumons à la mouche.
La Penzé possède, en effet, un potentiel salmonicole exceptionnel : truites, truites de mer, saumons.
penze1Jusqu’ici, la partie basse de la rivière était pratiquement inaccessible aux pêcheurs à la mouche, tant elle était encombrée d’embâcles et obstacles divers. Seul, un groupuscule de viandards locaux y trucidaient les saumons par des procédés souvent à la limite de la légalité, et cela, en toute impunité. Espérons que les travaux d’entretien en cours modifieront la situation et qu’ils seront accompagnés d’une réglementation plus judicieuse ainsi que d’un contrôle sérieux des pêcheurs et des pollueurs.
Hélas ! Les bénévoles sont de plus en plus rares lors des opérations d’entretien. Dans ces conditions, à l’avenir, il deviendra indispensable de créer des emplois pour entretenir nos rivières, comme ont su le faire quelques rares et dynamiques AAPPMA.
Quelques obstacles devront être effacés ou aménagés pour permettre la libre circulation du poisson, entre autres, à la pisciculture de Trévilis qui, en toute illégalité, capte, le plus souvent, l’essentiel du débit estival du cours d’eau.
Actuellement, l’AAPPMA de Morlaix, censée gérer la Penzé, autorise la capture de 10 truites de plus de 20 cm par jour ! Par contre, l’AAPPMA de l’Elorn, qui possède des baux sur la partie haute de la Penzé autorise 6 truites de plus de 23 cm par jour.
Espérons qu’une gestion et une réglementation intelligentes avec, pourquoi pas, un long parcours no-kill et un contrôle sérieux se mettront, enfin, en place pour faire de la Penzé un petit Eden pour les pêcheurs de salmonidés. Elle en a les potentialités.
Le Coatoulzac’h
Signalons aussi le Coatoulzac’h, un intéressant affluent qui rejoint la Penzé dans sa partie basse.
Malgré la présence d’une pisciculture polluante, ce petit cours d’eau reste intéressant pour le pêcheur à la mouche. Il est moins capricieux que la Penzé. On y trouve, presque toujours, des truites en activité. Actuellement, les poissons y sont, généralement, plus petits que ceux de la Penzé – mais leur taille moyenne y reste correcte pour la Bretagne. Autrefois, le Coatoulzac’h était réputé pour ses très grosses farios. Nous avons ainsi pu voir des photos anciennes de truites farios du Coatoulzac’h mesurant plus de 50 cm, l’une d’elles atteignant même 75 cm !

Dernière modification du site

  • Dernière mise à jour: vendredi 15 décembre 2017, 22:44:35.

Recherche sur le site

La page facebook

LPFB

Facebook

Top