Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Association Bretonne

pour

la Pêche à la Mouche
abpm_logo_noir.jpg
Vous êtes ici : AccueilPêcherMerLe matériel pour la pêche à la mouche en mer

Le matériel pour la pêche à la mouche en mer

par Charles Guirriec

pescatoretel5Quel matériel faut il pour pêcher le bar à la mouche sur les côtes françaises ? Trouvez la réponse en lisant cet article.
Ici, le maître mot est simplicité. Le sel pouvant se mettre un peu partout, il ne faut pas multiplier les pièces et donc les problèmes possibles. Peu de matériel est crée spécialement pour la mer mais une grande partie est utilisable en conditions salées, il suffit de rincer et sécher son matos après utilisation.

La canne :

Elle fait en général 9 pieds (2.7m). Les cannes plus courtes genre 8.6 pieds sont pas mal non plus, parfois assez raides dans les modèles « mer ». On peut par contre allonger un peu et pousser jusqu’à 10 pieds mais il ne faut pas de vent, sinon le lancer devient très dur à effectuer. Ainsi, si vous pêchez en float tube , 9 pieds 3 ou 9.5 peut être un bon compromis.

La taille et le poids des mouches utilisées en mer (et surtout leur faible aérodynamisme pour les poppers par exemple) imposent des cannes pouvant supporter des soies entre 7(poissons petits à moyens dans des bassins,estuaires temps calmes) et 10 (gros bars,liches, sérioles avec des streamers volumineux en plein vent). La canne pour soie de 8 semble constituer une bonne base pour commencer.

L’action de la canne doit être plutôt rapide et travailler plutôt en pointe. L’action progressive est plébiscitée mai j’ai jamais eu l’occas de tester. Si vous pouvez essayer la canne avant ou avec d’autres pêcheurs, ça peut être pas mal. Choisissez en 3 brins minimum, 4 brins étant le parfait compromis pour le voyage. Les cannes en 5 brins ou plus auraient des problèmes au niveau des emmanchements qui se détacheraient plus souvent.

Le moulinet :

Il sert au départ à porter la soie et le backing et à empêcher l’emballement de la bobine et les neouds. Si ensuite on veut s’attaquer à des gros poissons ou des torpilles genre bonefish qui vous font des départs de ouf, un frein efficace peut être utile (et encore, on peut se débrouiller avec un outil basique). Pas besoin de s’embêter ici, les moulins en graphite ou en plastique sont les plus adaptés pour débuter car ils ne rouilleront jamais(sinon le traitement anticorrosion est indispensable).

Ensuite, il existe dans les produits mouches des objets aux performances exceptionnelles et à l’esthétique parfaite mais leur prix est souvent excessif. J’utilise encore les Okuma airstream ou aiframe ou encore les fly 100 de chez décathlon, leur parfaite copie mais en moins cher (J’ai pris mon premier bonefish avec sans problème). A noter que décathlon a sorti pour 50 euros environ un fly 300 copie du okuma integrity qui vaut vraiment le coup.

Les moulinets gros moyeux ou large arbor sont assez intéressants car ils permettent de rembobiner plus vite et évitent à la soie de tirebouchonner énormément.

La soie, le bas de ligne et le backing :

La soie doit être avec un profil décentré marqué WF. Elle doit correspondre à la puissance de la canne (n° AFTMA) c'est-à-dire entre 7 et 10 en gros. Au début prenez une soie flottante ou intermédiaire. Pas besoin de toutes ces soies spécial mer qui sont souvent plutôt adaptées aux tropiques (et encore !! j’ai récemment pêché en Floride dans des conditions dites tropicales avec des soies « rivières » bon marché et tout s’est bien passé).

Pour le backing, réserve de fil derrière la soie, vous pouvez si vous en avez en grande quantité utiliser du nylon genre 35/100. Ensuite il existe du backing creux pas mal du tout qui remplit bien la bobine. Prévoyez 100 mètres, ce sera largement suffisant pour le bar et autres poissons de nos côtes.

Si vous voulez pas vous embeter, pour vos premiers lancers, mettez un simple brin de 1m50 à 2m de 25/100 bien raide...

Vous ferez un bas de ligne de 1m 50 avec un brin de 50 un de 40 et un de 30 au bout, vous ajoutez une boucle à laquelle vous fixerez un brin de 1m de 25/100.
Ca vous fait 2m50 en gros la longueur de la canne, c’est plus simple à sortir. Personnellement je me suis remis au simple brin de la longueur de la canne en 25/100 fluorocarbone.

Accessoires :

Essayez d’emporter avec vous le moins de matos possible, pas de besoin de se surcharger d’objets qu’on utilisera une fois sur dix (je sais c’est très dur !).

Les waders sont très utiles pour pêcher au bord en avançant dans l’eau. Comme à la mouche on ne lance jamais très loin il faut essayer de s’approcher des poissons.

barchasseLe panier de lancer est vraiment un outil génial. Il vous permet de stocker votre soie quand vous vous déplacez. De plus, elle ne se bloque pas partout. En bateau comme du bord, c’est vraiment utile. Si vous avez pas envie de claquer dans une de ses bassines pour pêcheur, vous pouvez vous fabriquer votre propre panier avec des bassines trouées ou des cageots en plastique dans lesquels vous passez un vieille ceinture. Sinon, vous pêchez avec une soie flottante bien graissée qui restera à la surface de l’eau.

Suivez les nouveautés de matos car j’ai vu que la marque LL Bean inconnue en France mais très présente aux USA a sorti un panier super bien pour 25 euros (copie d’un Orvis à 75 euros). Il en existe aussi des pliants qui ne prennent pas de place dans un sac, très utile pour les pêcheurs mobiles.

Les lunettes polarisantes sont aussi intéressantes pour mieux percevoir les signes d’activité voire directement les poissons. Choisissez des verres clairs pour augmenter les contrastes et voir de loin le moindre remous ou mouvement de poisson en surface.

Une pince pour couper le fil, écraser les ardillons si ce n’est pas déjà fait et décrocher les rares poissons qui auront engamé trop profond.

Les mouches :

C’est le point le plus important même si j’en parle si tard. Nous vous ferons prochainement un dossier complet concernant les modèles les plus utilisés

voici un exemple de crevette l'ACB par Jacques Molitor :

Hameçon : VMC n°2 spécial mer - réf 9756PS
Queue et rostre : fibre " Océan Hair" couleur marron et olive.
Corps : chenille style "Fritz" ou ersatz couleur olive.
Yeux : chaînette d'évier
Soie de montage : de la couleur du corps

- Enrouler la soie de montage jusqu'à la courbure de l'hameçon.
- Fixer environ 25 fibres " Océan Hair " ( 2/3 marron + 1/3 olive ).
- Coller à la cyanolite, tenir les fibres légèrement entre le pouce et l'index et mettre très peut de colle au niveau de la fixation, pour qu'elle ne remonte pas dans les fibres.
- Couper en biseau pour former le rostre de la crevette à 2 cm environ.

crevette1

- Fixer les yeux à la courbure de l'hameçon.
- Coller à la cyanolite avant et après la fixation.

crevette2

- Fixer les fibres pour la queue, environ 70 fibres "Océan Hair" ( 2/3 marron + 1/3 olive ) comme pour le rostre
- Coller délicatement comme à la première étape pour éviter que la colle ne remonte dans les fibres.

crevette3

- Plier la queue jusqu'à la courbure de l'hameçon pour connaître la longueur utile de la queue et couper.

crevette4

- Revenir avec la soie vers les yeux.
- fixer la chenille.
- Retour de la soie vers l'œillet.
- Enrouler la chenille en rabattant les fibres vers les yeux à chaque tour ; fixer le chenille, coller.
- Couper les fibres de la chenille en dessous en biseau en partant de l'œillet.

crevette5

__________________________________________________________________________________________

logo_becmm1842961225

Le Breizh Étel Club Mouche en Mer ( BEC-MM ) a vu le jour officiellement le 8 avril 2005, en sous-préfecture de Lorient - parution au J.O du 14 mai 2005 : 56/1055.


Étant à l’origine de la création de ce «Club Mouche en Mer », c’est naturellement avec Daniel Paret, autre passionné, et Claudine, son épouse, que nous avons fondé et déposé nos statuts en Préfecture.


La spécificité du BEC-MM est qu’il est dédié uniquement à la « ‘’Palm’’ en Mer », objectif répondant à une demande de plus en plus croissante de beaucoup de moucheurs.
Nos activités sont des plus classiques mais nous avons mis l’accent sur trois points essentiels :

• 1 - la communication et les échanges internes : tenue de réunions bimensuelles sur MSN, des courriels échangés et notre site :http://www.e-monsite.com/becmm/

• 2 - la qualité de l’organisation des sorties : comme ce séjour pêche de trois jours en mai à l’Ile de Berder (56). Nous serons vingt-cinq pêcheurs dont un Belge et un Savoyard et avec la participation du Club Meryvière du Val d’Oise

• 3 - la divulgation de la Palm en Mer : participation à l’Open Bar du Golfe 2006, les 10 et 11 Juin à Arradon où 2 équipages de 2 pêcheurs sont engagés sur quatre kayaks.
Nous envisageons la création d’antennes du BEC-MM avec nos contacts sur l’ensemble de la France. La première est crée en Finistère Sud depuis Mars 2006, une prochaine bientôt dans les Côtes d’Armor, etc.

Après une année d’existence et avec un effectif actuel de trente-cinq adhérents, notre équipe du bureau s’est étoffée avec la présence de Serge Nicolas et Thierry Pouliquen. Notre souci majeur est de proposer des prestations halieutiques de qualité avec la plus grande convivialité.
Nos projets pour 2007 :

• Création d’autres antennes du BEC-MM et sorties organisées ;
• Reconduire notre participation à l’Open Bar du golfe en kayaks mais aussi en bateaux ;
• Participation à l’Open Bar d’Oléron du bord ;
• Intervention au Salon de la Mer à Nantes sur la Palm en mer ;
• Cartographie des secteurs de pêche.
Si notre aventure et le BEC-MM vous intéressent ,n’hésitez pas, contactez-moi sur notre site ou, envoyez un courrier au Siège social du BEC-MM : 39 bis avenue Louis Bougo – 56410 - ETEL

Le président du BEC-MM

Dernière modification du site

  • Dernière mise à jour: vendredi 15 décembre 2017, 22:44:35.

Recherche sur le site

La page facebook

LPFB

Facebook

Top